Q : L’interview du jour reçoit Monsieur Andry RANDRIAMANAMIHAJA, fondateur de Ariary.net, l’une des premières plateforme de paiement en ligne malgache. Bonjour à vous Monsieur RANDRIAMANAMIHAJA.
Est-ce que vous pouvez nous expliquer concrètement en quoi votre plateforme consiste et quand est-ce que vous avez lancé ce service ?


R : Ariary.net consiste en fait en une plateforme de paiement en ligne, le premier à Madagascar qui réunit les trois opérateurs Mobile Money, le paiement Paypal au niveau international, et aussi les cartes VISA internationales. Donc, tout ça réunis sur une seule plateforme. Nous avons développé notre plateforme durant 1 an et demi déjà, depuis 2014. Et en 2016, nous avons testé avec les grands groupes comme la Poste Malagasy et aussi le groupe VidyVarotra. Donc c’est tout à fait opérationnel actuellement.


Q : Et comme vous l’avez dit tout à l’heure, votre plateforme réunit actuellement les trois opérateurs Mobile Money malagasy, les cartes bancaires internationales et le paiement en chèque et en espèces. Et comment justement avez-vous réussi cette prouesse ?


R : Ce n’était pas évident à mettre en place. Quand nous avons décidé en 2012, de créer cette plateforme, en 2013, on n’a fait qu’établir des contrats. On n’a pas touché à une ligne de code, mais seulement des contrats à mettre en place avec tous ces opérateurs, avec Paypal, tout ce qui est paiement au niveau international. C’est seulement en 2014 que nous avons commencé à développer notre plateforme. Mais actuellement, après 2 ans de développement et de recherche, une technologie que nous avons créée et ce, de façon très très sécurisée. C’est vrai qu’il y a toujours des pirates qui essaient de pirater ou d’attaquer notre plateforme, mais, nous-mêmes on est assuré à 99,99%. On n’est jamais sûr à 100% pour tout ce qui est nouvelle technologie.


Q : Et qu’est-ce qui vous a donné l’envie de lancer cette initiative à Madagascar ?


R : L’historique, elle est très simple, on a habité en France avant et en France on achète tout sur Internet. C’est à qu’est venue l’idée pourquoi est-ce qu’on ne ferait pas ça à Madagascar, et en même-temps il y a eu l’avènement du Mobile Money.


Q : Actuellement, Ariary.net est un service libre et ouvert à différents acteurs issus de différents secteurs d’activités. D’après vous quels sont enjeux socio-économiques liés au lancement de votre plateforme ?


R : Ca concerne surtout l’inclusion financière des jeunes. D’après les dernières statistiques, très peu de jeunes sont bancarisés, parce que, tout simplement ça ne leur convient pas d’aller, à 18 ans ou à 21 ans, frapper aux portes des banques. Par contre, ils sont très présents sur Internet. Autant leur approcher ! Pour nous par exemple, cette année 2017, on va développer une application Ariary.net dans Facebook ; les gens peuvent gérer leur compte ARIARY.NET directement à partir de Facebook, faire des transactions et tout. Là on va dans le sens de l’utilisateur et c’est surtout ça l’impact au niveau social. Même en brousse, on a vu par exemple des gens qui gardent leurs bœufs, mais qui ont un petit Smartphone connecté. C’est étonnant mais c’est une réalité. Donc là ils peuvent gérer et faire garder leur argent en ligne, sans aucun souci.